Return to site

Ana Mendieta: artiste féministe engagée

Par Ana Sonderéguer

pour Feminists of Paris 

Nous souhaitons mettre à l’honneur une très grande artiste qui a fait de son art une arme de revendication culturelle, un outil politique et un instrument de lutte féministe. Comme vous l’avez bien compris, Ana Mendieta était féministe, mais elle défendait également les droits humains et les luttes des peuples originaires. A travers ses œuvres, Mendieta désirait valoriser les traditions antiques, réfléchir sur la figure de la femme et sur le lien de l’humain à la nature, et transgresser le monde de l’art en modifiant l’espace de création artistique. Comme nous le verrons, elle produit majoritairement dans la nature.

Artiste d’origine cubaine qui partit très jeune âge pour les États-Unis, son héritage culturel ne l’abandonna jamais. Elle fait partie des enfants qui quittèrent Cuba à travers l’opération Peter Pan, entreprise manœuvrée par le gouvernement étatsunien, l’église catholique et les cubains exilés. Face à la peur que certains avaient du régime communiste, des milliers d’enfants furent transportés à Miami. Ana Mendieta et sa sœur quittent l’île en 1961. Elles s’installent finalement dans l’Iowa, où elles connaitront un rejet très fort de la part des habitants. C’est justement ce « Refus des gens de l’Iowa de reconnaître la légitimité de sa culture [qui] rendait Ana très sensible à la condition des peuples colonisés, et fit d’elle une ardente défenseur(e) de l’importance de l’identité culturelle dans le combat politique » (Mary Sabattino). Elle reprenait cette différence pour souligner l’importance des traditions latinoaméricaines et la présence des peuples indigènes. Ana Mendieta voulait mettre en valeur la résistance des peuples autochtones. Ainsi, elle développa les symboles de sa propre résistance face à une société qui rejetait sa culture natale.

L’artiste déménage à New York en 1978. Cependant, quand elle était étudiante à l’Université d’Iowa, elle découvre les travaux féministes de Martha Rosler et Martha Wilson, deux artistes qui utilisaient le corps pour transmettre des messages politiques et personnels. Nous voyons donc apparaître le deuxième intérêt de l’artiste : le féminisme.

En même temps, le lien avec son pays natal ne s’éteint pas : elle y retourne à plusieurs reprises, le faisant même en 1981 avec un groupe d’artistes et de féministes. Ana Mendieta mélange ses différentes préoccupations et intérêts pour développer une œuvre captivante. Il faut signaler qu’elle partageait certaines préoccupations des féministes, mais était très critique envers la faible représentation des femmes de couleur dans le mouvement (intersectionnalité). Cela dit, l’œuvre de Mendieta est remplie de réflexions autour de la place des femmes dans la société. En 1972, elle développe Glass on body, une œuvre dans laquelle on voit l’artiste presser son corps contre du verre afin de le déformer. De cette façon, Mendieta questionnait l’idéal du corps féminin et analysait le contrôle exercé sur celui-ci.

Artiste féministe Ana Mendieta

Cette même année, elle réalise Hair Transplant : elle coupe les cheveux d’un ami pour les coller sur son visage et devenir symboliquement un homme.

Artiste féministe Ana mendieta

Finalement, en 1973 elle nous livre une preuve mémorable de son militantisme contre les agressions faites aux femmes. Pendant qu’elle était à l’Université de l’Iowa, une étudiante a été agressée sexuellement et finalement assassinée. L’artiste décide de faire deux performances très puissantes. Elle expose son corps nu et ensanglanté, d’abord dans une chambre, puis dans les bois. Comme le reste de sa production, l’œuvre est enregistrée à partir de photographies.

Par la suite, l’artiste développe toute une production où la nature s'impose à son corps : elle revient à la terre, aux origines. Elle réalise une série qui traite de l’exploration personnelle à travers le corps et le contact avec la terre. Il s’agit de son projet le plus connu, Silhuetas. L’artiste effectua des autoportraits dans la nature, en laissant seulement la trace de son corps comme emprunte sur la Terre ou en recouvrant sa figure d’éléments naturels pour se confondre avec le paysage qui l’entourait.

Le départ de Cuba et la difficile intégration aux États-Unis développent chez Mendieta une relation très particulière au territoire fortement liée à la question identitaire. Elle ne trouve pas sa place dans une seule région, ce qui la mène à s'approprier différents paysages pour créer. Elle impose la trace de son corps dans l’Iowa et à Mexico, entre autres, accompagnée de poudre à canon, de pierres, de fleurs, de feux d’artifices ou son corps couvert de tissus, de boue ou de pierres. Sa série Silhuetas (silhouette) traite les problématiques de déplacement à partir des traces que laisse son corps.

Ana mendieta artiste féministe

De même, un côté magique se ressent dans les Silhuetas, cette figure féminine antiquement liée aux savoirs occultes de la Nature, aux connaissances hermétiques. On observe une trace héritée des cultures autochtones, et un témoignage de la présence de la femme et de la vie de l’artiste elle-même. Ce côté cérémonial s’accentue grâce à la forme de tombe creusée par l'artiste dans certaines interventions.

Mendieta joue avec les éléments de la nature, les faisant dialoguer lors de ces fameuses empruntes de son corps. Un corps qui ne symbolise pas seulement celui de l’artiste. À partir de cette œuvre, l'artiste inclura de plus en plus le sang et le feu dans ces performances. Elle s'inspire de la Santería, religion indigène cubaine qui considère le sang comme porteur de vie. Si bien qu’elle développe cette pratique en plein boom du Land Art, ses œuvres contrastent fortement avec celles produites par Robert Smithson (transports de matériaux naturels d’un territoire à l’autre, coulées de béton, …). Mendieta crée des pièces intimes de taille humaine sans un impact fort et négatif sur la terre. Elle souhaitait fusionner avec la terre, pas intervenir sur celle-ci ni la blesser.

Il est important de mentionner un dernier élément de la vie personnelle de l’artiste : sa relation avec Carl André, son mari. Non seulement il y a autour la question d’un artiste reconnu et établi qui commence une relation avec une jeune artiste prometteuse et devient ensuite un modèle à suivre mais également une figure dont Mendieta pouvait difficilement se séparer. Il existe aussi une question de violence faites aux femmes, sujet qui tenait à cœur à l’artiste.

Ana Mendieta meurt dans des circonstances suspectes : elle tombe du 34e étage de l’appartement d’André, alors qu’ils étaient seuls. Un procès est mené contre Carl André pour le meurtre de Ana Mendieta, mais finalement il est acquitté à cause du manque de preuves et grâce au soutien d’une partie importante du monde de l’art. Si bien l’affaire ne fut jamais entièrement résolue, nous gardons une citation de l’artiste Lucy R. Lippard qui connaissait personnellement Ana Mendieta : « Elle avait une trop grande vitalité, elle était trop engagée, trop en colère, trop emballée par la vie pour capituler».

L’œuvre de Ana Mendieta reste toujours très autobiographique, et, vu son histoire personnelle, très engagée politiquement. Pour elle, son art était une exploration intime de la connaissance de soi. Ses performances et photographies présentaient des aspects de sa culture natale, de son identité culturelle, de sa sexualité et de son vécu, et, finalement, de sa culture adoptive. Dans certains cas, un lien très fort peut se faire entre sa pratique artistique et des rituels de guérison et de transcendance. Selon les mots de R. Lippard, « son œuvre était une affirmation de soi et un exorcisme de la douleur ».

Bibliographie:

Ana Mendieta, the Silueta series / Mary Sabbatino, Raquelin Mendieta, 1997

Qui est Ana Mendieta ? / Christine Redfern et Caro Caron ; traduit de l'anglais par Susanne de Lotbinière-Harwood ; préface de Lucy R. Lippard, 2011

Wack ! : art and the feminist revolution : [exhibition, Los Angeles, Museum of contemporary art, 4 March-16 July 2007, Washington, D.C., National museum of women in the arts, 21 September-16 December 2007, Long Island city, New York, P.S.1 Contemporary art center, February-June 2008...] / organized by Cornelia Butler ; essays by Cornelia Butler... [et al.] ; edited by Lisa Gabrielle Mark

All Posts
×

Almost done…

We just sent you an email. Please click the link in the email to confirm your subscription!

OK